POURQUOI S’INTÉRESSER AU COUP D’ÉTAT DU 9 NOVEMBRE 2020 AU PÉROU ?

César Itier, enseignant-chercheur, Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO),
Evelyne Mesclier, chercheure, Institut de Recherche pour le Développement (IRD),
Juan Carlos Estenssoro, enseignant-chercheur, Sorbonne Nouvelle,
Anne Marie Hocquenghem , chercheure, Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS),
Pablo Andrés Landeo Muñoz, enseignant répétiteur, INALCO,
Valérie Robin Azevedo, enseignante-chercheure, Université de Paris.

En pleine crise sanitaire et économique et à cinq mois des prochaines élections présidentielles, le Congrès péruvien a destitué, lundi 9 novembre, le Président de la République, Martín Vizcarra, en raison de soupçons de corruption. Bien que votée par 105 députés sur 130, cette mesure est anticonstitutionnelle, puisque, selon la Constitution, un délit de droit commun commis dans une période antérieure au mandat ne permet pas de procéder à une destitution.
Le Pérou est depuis lundi plongé dans le chaos. Le Président du Congrès, Manuel Merino, a assumé la présidence. Martín Vizcarra n’a cependant pas démissionné et se trouve à son domicile. Aucun État au monde n’a reconnu le nouveau président. Malgré la pandémie, les principales villes du pays sont chaque jour le théâtre de grandes manifestations contre cette destitution, injustement et violemment réprimées par la police. De très nombreuses personnes ont été arrêtées.
Qu’est-ce qui se joue au Pérou et pourquoi des universitaires, mais au-delà également la France, devraient-ils se préoccuper de cet événement passé largement inaperçu dans nos contrées, alors que le Covid, le confinement, les élections nord-américaines, accaparent assez notre attention ?
Il s’agit tout d’abord du respect de la démocratie, dans un pays, le Pérou, qui fait partie du groupe des nations attachées à ce régime. De fait, la principale crainte de la population péruvienne est que le nouveau pouvoir n’empêche la libre tenue des élections présidentielles prévues pour le mois d’avril prochain. Il s’agit aussi de la continuité des politiques publiques, qui semble une nécessité dans le contexte actuel, quel que soit le jugement que chacun porte sur elles. La population péruvienne, qui compte un peu plus de 30 millions d’habitants, est aujourd’hui l’une des plus affectées au monde par l’épidémie de Covid-19, malgré les actions entreprises par le gouvernement dès le mois de mars. Confinement strict et prolongé, gestes barrières imposés très tôt dans l’espace public, rien n’y a fait, pour des raisons en partie structurelles. Les chiffres sont cependant en baisse depuis quelques semaines et il est à souhaiter que ces bons résultats se maintiennent. D’environ 200 morts par jour le pays est passé à une cinquantaine. Ces résultats sont dus sans doute en partie à la gestion de la ministre de la Santé, Pilar Mazzetti, qui quitte son poste avec le Président Vizcarra.
Le gouvernement de Martín Vizcarra avait aussi, entre autres, tenté d’assurer la survie de la population dans un contexte de crise économique sans précédent, par la distribution de subsides, et essayé de relancer l’accès à l’éducation pour les plus vulnérables, à travers l’autorisation de cours présentiels dans les aires rurales les moins touchées par le virus et en organisant la distribution de tablettes déjà chargées en contenus scolaires et rechargeables au soleil. La personnalité du ministre, Martín Benavides, sociologue de l’éducation, chercheur associé à un laboratoire de recherche français, le Centre Population et Développement (CEPED), n’était sans doute pas étrangère à ces politiques, mais il s’en va également avec le Président Vizcarra.
La France entretient de fait avec ce pays une relation sur la longue durée, marquée par la présence de la plus grande Alliance Française au monde, d’un institut de recherche fondé en 1948, l’Institut Français d’Études Andines, et d’autres institutions dont la présence est plus récente. Elle avait signé en août un accord avec le gouvernement péruvien pour soutenir l’enseignement du français en ligne dans des collèges publics. Elle y a aussi des intérêts économiques et vient de signer un accord d’État à État pour la construction d’hôpitaux. Fortement engagé dans la préparation de l’Accord de Paris, le Pérou a également accueilli la Conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP20) en 2014. Dans un autre ordre d’idées, plus de 100 000 touristes français, un chiffre salué dans la presse spécialisée, ont visité le Pérou en 2019.
Pouvons-nous laisser ces personnes qui nous reçoivent, ces collègues, ces amis, ces alliés dans les affaires économiques et internationales, affronter seuls les ennemis qui se trouvent être les leurs ? Car derrière ce coup d’État, c’est bien des réseaux puissants qu’il faut voir : un système où le narcotrafic appuyé sur la production de coca dans l’est amazonien du pays, les collusions liées à la circulation de la drogue, l’appropriation illicite de terres, les pots-de-vin à répétition et à toutes les échelles autour de la construction d’infrastructures, les investissements mafieux notamment dans de fausses universités pratiquant le commerce des diplômes, forment une toile de plus en plus inextricable. Derrière le coup d’État, il s’agit bien pour les membres du Congrès de mettre à bas le système de réforme universitaire et les enquêtes judiciaires, notamment celles menées dans le cadre d’une vaste affaire de corruption liée à l’entreprise brésilienne de BTP Odebrecht. D’ailleurs, 68 d’entre ces députés font personnellement l’objet d’enquêtes de ce type. Un des premiers enjeux, celui autour duquel s’était déjà dessiné un affrontement entre le Congrès et le Président en septembre 2019, étant la désignation des membres du Tribunal Constitutionnel.
Les Péruviens ne s’y trompent pas, qui depuis lundi réclament dans les rues le respect de la Constitution et de la séparation des pouvoirs, aux cris de “Pérou, je t’aime et je te défends”. Martín Vizcarra, innocent ou coupable des faits qui lui sont reprochés, voit reconnu son acharnement à défendre l’action des procureurs et de la “Superintendance Nationale de l’Éducation Supérieure Universitaire”. Il nous revient de soutenir moralement le combat des citoyens péruviens et d’observer de près le déroulement des événements.

Ce texte, rédigé le 11 novembre, a été proposé depuis le 12 novembre à deux journaux nationaux en France : Le Monde puis, en l’absence de réponse autre qu’un accusé de réception, Libération, qui n’a pas donné suite une fois le texte reçu. À défaut de pouvoir toucher un public français plus ample nous le publions sur les réseaux sociaux.


Une réflexion sur « POURQUOI S’INTÉRESSER AU COUP D’ÉTAT DU 9 NOVEMBRE 2020 AU PÉROU ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.