Café Amériques 18

Café-Amériques 18

Esclavage et sociétés dans les Amériques

Jeudi 11 mars 2021 | 18-20h (Paris) | 14-16h (Cayenne)

Événement en ligne | Lien Zoom :

https://u-paris.zoom.us/j/86065122594?pwd=RG12T1VkQ0dyTzBJdFpPMTJUM0NDZz09

Le poids historique du système d’esclavage établi dans les Amériques à l’époque coloniale est bien connu. Il est à la base d’un enrichissement économique considérable pour les sociétés esclavagistes et à l’origine de profonds bouleversements culturels pour les populations africaines amenées pour travailler dans les plantations, comme pour les peuples amérindiens locaux. Aujourd’hui, les progrès de l’archéologie nous permettent d’accéder à des informations sur la vie quotidienne des esclaves et ainsi d’obtenir un portrait plus complet de l’organisation des sociétés coloniales, non plus seulement du point de vue des populations dominantes.

Pourtant, dès avant la colonisation, il existait chez certains peuples amérindiens des formes d’asservissement de certaines catégories de la population. Ces autres formes d’esclavage jouaient elles aussi un rôle socio-économique important au sein de sociétés à l’organisation complexe.

Nous nous proposons donc d’interroger la notion d’esclavage et de considérer, à travers diverses méthodes d’investigation (archéologie, histoire, ethnohistoire), le poids socio-économique et culturel de ces formes d’asservissement dans les sociétés d’Amérique aux époques préhispaniques et coloniales.

Intervenants et communications :

Nathalie Cazelles (Université de Guyane, MINEA) :

La Charlotte, sucrerie d’un libre de couleur en Guyane au XIXe s.

La Charlotte est une sucrerie du début du XIXe s. dirigée par un couple libre de couleur. Pierre Frontin est un libre de couleur guadeloupéen qui a eu une brillante carrière militaire avant de fonder son habitation esclavagiste en Guyane. Il a épousé une libre de couleur guyanaise, Charlotte Ernestine. Nathalie Cazelles nous présentera ce site qui est l’objet de ses recherches actuelles, dans une approche à la fois archéologique et historique.

Patrice Courtaud (Université de Bordeaux, PACEA, UMR 5199 du CNRS) :

Les esclaves et leurs cimetières : L’exemple de la Guadeloupe

Pour les territoires français, le Code Noir dictait que les esclaves devaient être baptisés selon la religion catholique et enterrés en terre sainte, ou bien alors jetés dans un terrain vague pour ceux qui n’avaient pas bénéficié du baptême. L’archéologie s’est penchée sur l’étude de leurs lieux de sépultures et a ainsi complété ou parfois interrogé les quelques études historiques sur ce sujet. Patrice Courtaud présentera l’exemple de La Guadeloupe, territoire antillais actuellement le mieux documenté.

Philippe Nondédéo (Inalco, ArchAm, UMR 8096 du CNRS) :

Entre captifs et esclaves : La question de l’asservissement chez les Mayas à la Période Classique (150-950 ap. J.-C.)

La notion d’asservissement est une épineuse question lorsque l’on aborde la civilisation maya de la Période Classique. En l’absence de textes explicites ou de données archéologiques probantes, les chercheurs se heurtent à une absence de données tangibles pour caractériser un phénomène qui semble bel et bien avoir existé dans la société maya. Au travers d’une révision de la littérature, de quelques inscriptions épigraphiques et d’éléments iconographiques, Philippe Nondédéo nous propose un état des lieux sur cette question et envisagera dans quelle mesure les conditions d’asservissement attestées se rapprochent d’une forme d’esclavage.

Événement Facebook : ici

Pour plus d’informations :

Site INALCO : http://www.inalco.fr/vie-campus/vie-associative/associations

Page Facebook : https://www.facebook.com/ameriques.inalco/

E-mail de contact : ameriques.inalco@gmail.com


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.