Ciné Amériques 2021 ~ Festival de cinéma péruvien

La 12ème édition du Festival de cinéma péruvien et Amériques s’associent pour vous proposer en salle le film Mataindios, des réalisateurs Robert Julca et Oscar Sanchez.

Mataindios | Pérou, 2019 | 1h16 | VOSTFR
Jeudi 10 juin 2021 | 20h
Tarifs : 8€ / 6.50€ / 4.00€ | Tarif spécial Amériques : 5€
Cinéma St-André des Arts

Projection suivie d’un débat avec l’anthropologue Ana Correa-Gendron.

Le film

Mataindios, Pérou, 2019 | 1h16 | VOSTFR

Les habitants indigènes d’un village péruvien célèbrent leur Saint Patron pour que s’apaisent ses souffrances et ses regrets. Mais dans la hâte de quitter le deuil, un majordome provoque un accident inattendu, le mauvais présage et le doute s’emparent alors du village concernant la volonté du Saint Patron.

Réalisation

Robert Julca

Artiste multidisciplinaire formé à l’école nationale supérieure d’art dramatique et à l’université Nacional Mayor de San Marcos, Robert Julca a investi divers champs artistiques, tour à tour comme acteur, réalisateur, performer ou artiste conceptuel. Mataindios est leur premier long-métrage et a été présenté et récompensé à de nombreux festivals.

Oscar Sánchez

Cinéaste autodidacte et pédaguoge, Oscar Sánchez est diplômé de l’école nationale supérieure d’art dramatique. Jury du 24ème festival de ciné de Lima (2020) et du concours national de projets de court-métrage de 2019, il est également sélectionné comme directeur du 14° Talents Buenos Aires (2019) organisé par l’université du Ciné et la Berlinale

Invitée Amériques

Ana Correa-Gendron est docteure en anthropologie, chercheuse au CREDA (Université Paris 3). Ses recherches portent sur les mutations qui affectent les pratiques rituelles et spirituelles dans les communautés andines du Nord de l’Équateur. Elle s’intéresse également aux nouvelles pratiques de médiation spirituelle issues de la tradition andine et utilisées en France. Elle est titulaire du diplôme Langue et Culture Quechua de l’INALCO. >> Publications

Infos pratiques

La projection aura lieu en présentiel dans le respect des règles sanitaires au cinéma St-André des Arts (30 Rue Saint-André des Arts, 75006 Paris) à 20h.

Tarifs : 8€ / Réduit : 6.50€ / Enfant : 4.00€
Un tarif spécial à 5€ est proposé aux adhérents et donateurs Amériques, sur inscription préalable.

N’hésitez pas adhérer ou faire un don pour profiter des offres spéciales lors des événements Amériques.

Café Amériques 19

Café-Amériques 19: L’archéologie des Amériques vue du ciel :

La révolution du LiDAR en contexte tropical

Lundi 10 mai 2021 | 18h-20h (Paris)

Événement en ligne | Lien Zoom :

https://u-paris.zoom.us/j/87962604251?pwd=bkxvam5UVCtZUnVIbjhQcVVtRjhQZz09

Le LiDAR est une technologie de détection par ondes lumineuses dont se sont saisis les archéologues depuis quelques décennies afin d’identifier des structures monumentales au sol. Cet outil est particulièrement efficace en contexte tropical, où les ondes lumineuses peuvent percer le dense couvert végétal. Rendant visibles des éléments qui ne l’étaient pas, le LiDAR a ainsi permis de renouveler considérablement notre compréhension de nombreux sites archéologiques.

Au cours de cette conférence, nous proposerons un aperçu de ces progrès permis par le LiDAR à travers deux contextes archéologiques des Amériques, dans lesquels cet outil s’est avéré crucial : les cités mayas en Mésoamérique et les occupations anciennes de Guyane.

Intervenants et communications :

Philippe Nondédéo (Inalco, ArchAm, UMR 8096 du CNRS) :

La révolution LiDAR en zone maya : Habitat, organisation politique et exploitation du milieu à Naachtun, Guatemala

Ces cinq dernières années, la zone maya a connu un essor spectaculaire de la technologie LiDAR suite à la « démocratisation » de cet outil, très utile pour repérer et étudier des vestiges et des aménagements peu visibles en contexte de forêt tropicale. La cité maya classique de Naachtun, occupée principalement au premier millénaire (150-950 apr. J.-C.), n’échappe pas à cette tendance de fond. A travers cet exemple nous verrons comment cette technologie modifie profondément certains paradigmes liés à l’habitat, l’opposition urbain-rural, les relations intercités, l’organisation politique des territoires ou la gestion du milieu (moyens de subsistance).

Nicolas Payraud (SRA Grand Est, ArchAm, CIHAM) :

L’utilisation du LiDAR pour la détection et l’analyse des sites archéologiques en contexte guyanais

La Guyane fait partie des territoires précurseurs en matière d’utilisation du LiDAR pour l’archéologie. Les premières acquisitions LiDAR commandées par le SRA Guyane remontent en effet à 2001 ; il s‘agit tout simplement du premier relevé de ce type commandé par les services régionaux de l’archéologie dans l’ensemble du territoire français. Vingt ans d’expérience, donc, dans l’utilisation de cet outil qui change, progressivement, la vision que l’on pouvait se faire de l’occupation ancienne – ou parfois très récente – du territoire guyanais. Il est donc intéressant de revenir sur les spécificités de l’usage du LiDAR en contexte guyanais, sur ses apports et ses limites, à travers une série d’exemples concernant des sites de toutes périodes et dans des milieux variés.

Événement Facebook : ici

Pour plus d’informations :

Site INALCO : http://www.inalco.fr/vie-campus/vie-associative/associations

Page Facebook : https://www.facebook.com/ameriques.inalco/

E-mail de contact : ameriques.inalco@gmail.com

Café Amériques 18

Café-Amériques 18

Esclavage et sociétés dans les Amériques

Jeudi 11 mars 2021 | 18-20h (Paris) | 14-16h (Cayenne)

Événement en ligne | Lien Zoom :

https://u-paris.zoom.us/j/86065122594?pwd=RG12T1VkQ0dyTzBJdFpPMTJUM0NDZz09

Le poids historique du système d’esclavage établi dans les Amériques à l’époque coloniale est bien connu. Il est à la base d’un enrichissement économique considérable pour les sociétés esclavagistes et à l’origine de profonds bouleversements culturels pour les populations africaines amenées pour travailler dans les plantations, comme pour les peuples amérindiens locaux. Aujourd’hui, les progrès de l’archéologie nous permettent d’accéder à des informations sur la vie quotidienne des esclaves et ainsi d’obtenir un portrait plus complet de l’organisation des sociétés coloniales, non plus seulement du point de vue des populations dominantes.

Pourtant, dès avant la colonisation, il existait chez certains peuples amérindiens des formes d’asservissement de certaines catégories de la population. Ces autres formes d’esclavage jouaient elles aussi un rôle socio-économique important au sein de sociétés à l’organisation complexe.

Nous nous proposons donc d’interroger la notion d’esclavage et de considérer, à travers diverses méthodes d’investigation (archéologie, histoire, ethnohistoire), le poids socio-économique et culturel de ces formes d’asservissement dans les sociétés d’Amérique aux époques préhispaniques et coloniales.

Intervenants et communications :

Nathalie Cazelles (Université de Guyane, MINEA) :

La Charlotte, sucrerie d’un libre de couleur en Guyane au XIXe s.

La Charlotte est une sucrerie du début du XIXe s. dirigée par un couple libre de couleur. Pierre Frontin est un libre de couleur guadeloupéen qui a eu une brillante carrière militaire avant de fonder son habitation esclavagiste en Guyane. Il a épousé une libre de couleur guyanaise, Charlotte Ernestine. Nathalie Cazelles nous présentera ce site qui est l’objet de ses recherches actuelles, dans une approche à la fois archéologique et historique.

Patrice Courtaud (Université de Bordeaux, PACEA, UMR 5199 du CNRS) :

Les esclaves et leurs cimetières : L’exemple de la Guadeloupe

Pour les territoires français, le Code Noir dictait que les esclaves devaient être baptisés selon la religion catholique et enterrés en terre sainte, ou bien alors jetés dans un terrain vague pour ceux qui n’avaient pas bénéficié du baptême. L’archéologie s’est penchée sur l’étude de leurs lieux de sépultures et a ainsi complété ou parfois interrogé les quelques études historiques sur ce sujet. Patrice Courtaud présentera l’exemple de La Guadeloupe, territoire antillais actuellement le mieux documenté.

Philippe Nondédéo (Inalco, ArchAm, UMR 8096 du CNRS) :

Entre captifs et esclaves : La question de l’asservissement chez les Mayas à la Période Classique (150-950 ap. J.-C.)

La notion d’asservissement est une épineuse question lorsque l’on aborde la civilisation maya de la Période Classique. En l’absence de textes explicites ou de données archéologiques probantes, les chercheurs se heurtent à une absence de données tangibles pour caractériser un phénomène qui semble bel et bien avoir existé dans la société maya. Au travers d’une révision de la littérature, de quelques inscriptions épigraphiques et d’éléments iconographiques, Philippe Nondédéo nous propose un état des lieux sur cette question et envisagera dans quelle mesure les conditions d’asservissement attestées se rapprochent d’une forme d’esclavage.

Événement Facebook : ici

Pour plus d’informations :

Site INALCO : http://www.inalco.fr/vie-campus/vie-associative/associations

Page Facebook : https://www.facebook.com/ameriques.inalco/

E-mail de contact : ameriques.inalco@gmail.com

POURQUOI S’INTÉRESSER AU COUP D’ÉTAT DU 9 NOVEMBRE 2020 AU PÉROU ?

César Itier, enseignant-chercheur, Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO),
Evelyne Mesclier, chercheure, Institut de Recherche pour le Développement (IRD),
Juan Carlos Estenssoro, enseignant-chercheur, Sorbonne Nouvelle,
Anne Marie Hocquenghem , chercheure, Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS),
Pablo Andrés Landeo Muñoz, enseignant répétiteur, INALCO,
Valérie Robin Azevedo, enseignante-chercheure, Université de Paris.

En pleine crise sanitaire et économique et à cinq mois des prochaines élections présidentielles, le Congrès péruvien a destitué, lundi 9 novembre, le Président de la République, Martín Vizcarra, en raison de soupçons de corruption. Bien que votée par 105 députés sur 130, cette mesure est anticonstitutionnelle, puisque, selon la Constitution, un délit de droit commun commis dans une période antérieure au mandat ne permet pas de procéder à une destitution.
Le Pérou est depuis lundi plongé dans le chaos. Le Président du Congrès, Manuel Merino, a assumé la présidence. Martín Vizcarra n’a cependant pas démissionné et se trouve à son domicile. Aucun État au monde n’a reconnu le nouveau président. Malgré la pandémie, les principales villes du pays sont chaque jour le théâtre de grandes manifestations contre cette destitution, injustement et violemment réprimées par la police. De très nombreuses personnes ont été arrêtées.
Qu’est-ce qui se joue au Pérou et pourquoi des universitaires, mais au-delà également la France, devraient-ils se préoccuper de cet événement passé largement inaperçu dans nos contrées, alors que le Covid, le confinement, les élections nord-américaines, accaparent assez notre attention ?
Il s’agit tout d’abord du respect de la démocratie, dans un pays, le Pérou, qui fait partie du groupe des nations attachées à ce régime. De fait, la principale crainte de la population péruvienne est que le nouveau pouvoir n’empêche la libre tenue des élections présidentielles prévues pour le mois d’avril prochain. Il s’agit aussi de la continuité des politiques publiques, qui semble une nécessité dans le contexte actuel, quel que soit le jugement que chacun porte sur elles. La population péruvienne, qui compte un peu plus de 30 millions d’habitants, est aujourd’hui l’une des plus affectées au monde par l’épidémie de Covid-19, malgré les actions entreprises par le gouvernement dès le mois de mars. Confinement strict et prolongé, gestes barrières imposés très tôt dans l’espace public, rien n’y a fait, pour des raisons en partie structurelles. Les chiffres sont cependant en baisse depuis quelques semaines et il est à souhaiter que ces bons résultats se maintiennent. D’environ 200 morts par jour le pays est passé à une cinquantaine. Ces résultats sont dus sans doute en partie à la gestion de la ministre de la Santé, Pilar Mazzetti, qui quitte son poste avec le Président Vizcarra.
Le gouvernement de Martín Vizcarra avait aussi, entre autres, tenté d’assurer la survie de la population dans un contexte de crise économique sans précédent, par la distribution de subsides, et essayé de relancer l’accès à l’éducation pour les plus vulnérables, à travers l’autorisation de cours présentiels dans les aires rurales les moins touchées par le virus et en organisant la distribution de tablettes déjà chargées en contenus scolaires et rechargeables au soleil. La personnalité du ministre, Martín Benavides, sociologue de l’éducation, chercheur associé à un laboratoire de recherche français, le Centre Population et Développement (CEPED), n’était sans doute pas étrangère à ces politiques, mais il s’en va également avec le Président Vizcarra.
La France entretient de fait avec ce pays une relation sur la longue durée, marquée par la présence de la plus grande Alliance Française au monde, d’un institut de recherche fondé en 1948, l’Institut Français d’Études Andines, et d’autres institutions dont la présence est plus récente. Elle avait signé en août un accord avec le gouvernement péruvien pour soutenir l’enseignement du français en ligne dans des collèges publics. Elle y a aussi des intérêts économiques et vient de signer un accord d’État à État pour la construction d’hôpitaux. Fortement engagé dans la préparation de l’Accord de Paris, le Pérou a également accueilli la Conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP20) en 2014. Dans un autre ordre d’idées, plus de 100 000 touristes français, un chiffre salué dans la presse spécialisée, ont visité le Pérou en 2019.
Pouvons-nous laisser ces personnes qui nous reçoivent, ces collègues, ces amis, ces alliés dans les affaires économiques et internationales, affronter seuls les ennemis qui se trouvent être les leurs ? Car derrière ce coup d’État, c’est bien des réseaux puissants qu’il faut voir : un système où le narcotrafic appuyé sur la production de coca dans l’est amazonien du pays, les collusions liées à la circulation de la drogue, l’appropriation illicite de terres, les pots-de-vin à répétition et à toutes les échelles autour de la construction d’infrastructures, les investissements mafieux notamment dans de fausses universités pratiquant le commerce des diplômes, forment une toile de plus en plus inextricable. Derrière le coup d’État, il s’agit bien pour les membres du Congrès de mettre à bas le système de réforme universitaire et les enquêtes judiciaires, notamment celles menées dans le cadre d’une vaste affaire de corruption liée à l’entreprise brésilienne de BTP Odebrecht. D’ailleurs, 68 d’entre ces députés font personnellement l’objet d’enquêtes de ce type. Un des premiers enjeux, celui autour duquel s’était déjà dessiné un affrontement entre le Congrès et le Président en septembre 2019, étant la désignation des membres du Tribunal Constitutionnel.
Les Péruviens ne s’y trompent pas, qui depuis lundi réclament dans les rues le respect de la Constitution et de la séparation des pouvoirs, aux cris de “Pérou, je t’aime et je te défends”. Martín Vizcarra, innocent ou coupable des faits qui lui sont reprochés, voit reconnu son acharnement à défendre l’action des procureurs et de la “Superintendance Nationale de l’Éducation Supérieure Universitaire”. Il nous revient de soutenir moralement le combat des citoyens péruviens et d’observer de près le déroulement des événements.

Ce texte, rédigé le 11 novembre, a été proposé depuis le 12 novembre à deux journaux nationaux en France : Le Monde puis, en l’absence de réponse autre qu’un accusé de réception, Libération, qui n’a pas donné suite une fois le texte reçu. À défaut de pouvoir toucher un public français plus ample nous le publions sur les réseaux sociaux.

VERNISSAGE Résistances visuelles : regards croisés France Amérique du Sud

Mardi 03 mars 2020
De 17h à 20h 

BU de l’Université Paris VIII | Salle Recherche Entrée libre
2, rue de la Liberté 93200, Métro (13) Saint-Denis Université

Le projet “Résistances visuelles : regards croisés France – Amérique du Sud” cherche à mettre en place un dialogue transdisciplinaire, transmédiatique et transatlantique autour des mémoires visuelles des processus politiques les plus marquants de l’histoire contemporaine française et sud-américaine.

Il est composé de 3 volets :
– Une exposition
– Une double journée d’études
– Une série d’activités artistiques et pédagogiques

Continuer la lecture de « VERNISSAGE Résistances visuelles : regards croisés France Amérique du Sud »

Café-Amériques 16

Café-Amériques 16 / Projection du film COLISEO, Los campeones/ 07-02-2020 / Inalco
Café-Amériques 16

Projection du film COLISEO, Los campeones
Réalisé par Alejandro Rossi


Vendredi 7 février  l  19h00 et 21h00  l  Inalco  l  amphi 5 | Entrée libre
(en quechua sous-titré espagnol)

Continuer la lecture de « Café-Amériques 16 »

Café-Amériques 15

Café-Amériques 15 / Présentation de Atoqkunamanta Kwentukuna, contes de renards /
31-01-2020 / Inalco

Café-Amériques 15
Présentation de
Atoqkunamanta Kwentukuna, contes de renards

Vendredi 31 janvier 2020 l 19h – 21h l Inalco |  Salle 3.03 |  Entrée libre
(en espagnol)

Continuer la lecture de « Café-Amériques 15 »

Café-Amériques 14

Café-Amériques 14 / Conflit armé au Pérou: genre et politiques de la mémoire / 4-06-2019 / Inalco

Café-Amériques 14
Conflit armé au Pérou : genre et politiques de la mémoire 

Présentation des livres par les auteures

Mardi 04 juin l 19h – 21h l Inalco |  Salle 3.13 |  Entrée libre


Continuer la lecture de « Café-Amériques 14 »

Café-Amériques 13

Café-Amériques 13 / Littérature orale et cinématographie quichuas, quels enjeux pour leur transmission et production en Équateur ?/ 28-05-2019 / Inalco
Café-Amériques 13                                                                  

Littérature orale et cinématographie quichuas, quels enjeux pour leur transmission et production en Equateur ?


Mardi 28 mai  l  19h00 et 21h00  l  Inalco  l  salle 3.05
Continuer la lecture de « Café-Amériques 13 »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search