Café Amériques 25

Pratiques et productions culturelles wayuu de Colombie

Pour ce prochain Café Amériques, nous aurons deux interventions sur la littérature et l’artisanat des Wayuu, peuple autochtone de Colombie mais dont les productions culturelles s’inscrivent également dans une logique globale.

Jeudi 14 avril 2022 | 18-20h
Inalco, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris
Salle 3.15

Programme

La littérature contemporaine des Wayuu: vers une théorie de la contrebande
par Laura Lema Silva

L’objectif de cette communication est de penser le caractère émancipateur de la littérature contemporaine d’auteur.e.s Wayuu vis-à-vis des structures de pouvoir héritées de la colonisation. Pour ce faire nous chercherons à historiciser cette production littéraire afin de comprendre comment elle s’entrelace avec la participation des membres de la communauté dans des circuits de contrebande depuis le début de l’époque coloniale. Cela nous permettra de mettre en lumière la transformation des espaces littéraires nationaux et transnationaux que des auteurs comme Estercilia Simanca Pushaina et Miguelángel López Hernández provoquent à travers leur littérature en écriture alphabétique conventionnelle et en espagnol.

La mochila wayuu comme marchandise globalisée
par Claire Labbez

Cette présentation retrace la vie sociale de « la mochila Wayuu » comme marchandise globalisée : depuis le milieu autochtone Wayuu colombien où ce sac est produit artisanalement, jusque dans les lieux de vente parisiens où il est acheté par une clientèle urbaine, en passant par Bogotá où il est proposé comme symbole de la Colombie. Cette communication s’attachera à mettre en avant la façon dont les sphères de valorisation marchande s’appuient autant qu’elles nourrissent des discours identitaires qui font de « l’ethnicité » un argument de vente.

Intervenantes

  • Laura Lema Silma est docteure en études ibéro-américaines de l’Université Lumière Lyon 2 où elle a soutenu une thèse intitulée « Paroles politiques et paroles poétiques : des mouvements sociaux autochtones en Colombie à la littérature contemporaine des Wayuu ». Elle est membre du Centre de pensée « Pluralizar la paz » de l’Université Nationale de Colombie où elle travaille sur les sens pluriels de la paix en dialogue avec des interlocuteurs de 5 communautés autochtones présentes en Colombie.
  • Claire Labbez, a travaillé dans la communication avant de reprendre un Master d’ethnologie à l’Université Paris 5 (expertise ethnologique en projet culturels et touristiques). Ses premières recherches sur la relation entre le tourisme et l’artisanat, dirigées par Jean-Didier Urbain l’ont menée jusqu’en Colombie. En octobre 2021, elle a soutenu sa thèse : Construction et dynamiques d’une marchandise « ethnique » globalisée: Le cas de la « mochila Wayuu », sous la direction de Valérie Robin-Azevedo (URMIS). Elle anime aujourd’hui le pôle prospective et recherche et développement, d’un cabinet de conseil en tourisme.

Ciné Amériques : Samichay

Amériques renouvelle cette année son partenariat avec la 13ème édition du Festival de cinéma péruvien pour la projection-débat de Samichay, en busca de la felicidad, film en langue quechua.

SAMICHAY, EN BUSCA DE LA FELICIDAD | Mauricio Franco Tosso | quechua (sous-titré en français) | fiction | 2020 | 1h26
Mercredi 20 avril 2022 | 18h
Cinéma Le Lincoln – 14 rue Lincoln – 78008 Paris

>> Réservation <<
Tarif réduit pour les adhérents Amériques.

Synopsis

Sur les hauteurs de la Cordillère des Andes, après les gelées et les récoltes ravagées, Celestino reste seul et doit se défaire de son seul et unique bien : sa précieuse vache Samichay, une vache maigre et malade qui n’a jamais donné ni veau ni lait. Celestino et Samichay s’embarquent dans un voyage de rédemption et de découverte, depuis la solitude des montagnes jusqu’à l’asphyxiant chaos des villes. C’est un choc entre le milieu rural et le milieu urbain.

Voir la bande d’annonce

Intervenant

César Itier, professeur des universités à l’INALCO.

Café Amériques 24

L’or de la conquête, des Antilles au Mexique

« L’or rend fou ! » écrivait Blaise Cendrars. François Gendron, archéologue américaniste du Muséum national d’Histoire naturelle et membre de l’assocation ACERAP, nous présentera l’histoire avide et brutale de la recherche et de l’appropriation de l’or des Amériques. Une histoire qui précède et suit la « rencontre » de ces terres nouvelles. En 1492, dès avant son départ, les souverains espagnols et Christophe Colomb scellent le sort des terres à découvrir et des populations qui y vivent par la signature des Capitulaciones de Santa Fe. La rencontre de l’amiral de la mer océane avec les indiens Taïnos tournera autour de la recherche du Cibao, une montagne d’or mythique que les conquistadores chercheront toujours plus loin. Cette quête sera le moteur de la découverte de plus d’îles puis d’un continent, l’Amérique. Mais, ces explorations seront menées au prix du sang et de la culture des populations indiennes investies. Mexico-Tenochtitlan au Mexique, Cuzco au Pérou et bien d’autres cités indiennes seront détruites dans cette folle recherche de l’or. Sur les routes du retour vers l’Europe, les corsaires français et anglais veillent, prêts à s’approprier les riches cargaisons. Pour protéger leurs précieux butins, les Espagnols créeront en 1503 le système des plata flotas. Celui-ci fonctionnera jusqu’en 1778 et acheminera en Europe des tonnes de métaux précieux et de richesses depuis les Amériques.

Journée des Amériques 2022

La journée des Amériques est de retour à l’INALCO le mardi 5 avril ! Au programme, des expositions, des concerts et spectacles, des dégustations, des ateliers de langue et autres surprises. Nous accueillerons également les stands de nombreux partenaires.

Mardi 5 avril | 11h – 19h
INALCO, 65 rue des Grands Moulins | Entrée libre

Programme

12h30-13h30 : Vente d’un repas des Amériques | Hall 2

14h-15h : Atelier d’initiation aux langues (quechua et guarani) | Salle 6.05

15h : Spectacle de danse – association Estampas del Perú | Auditorium

15h30 : Lecture de poésie en guarani | Auditorium

16h : Spectacle de danse – association América Andina | Auditorium

17h : Chants en quechua, avec le guitariste Mohand Saci | Auditorium

18h-19h : Café Amériques 24 – Des Antilles au Mexique, l’or de la Conquête

Et toute la journée (11h-19h) :
– Expositions de photos et dessins | Foyer et Hall 2
– Vente d’artisanat | Foyer
– Stands partenaires : Acerap (archéologie, )Université Paris-Sorbonne), Savate Perú (boxe française), revue RITA, association Aves de Paso, association América Andina | Foyer

Café Amériques 23

Rencontre autour de l’ouvrage Humour et érotisme dans les Andes.

Présentation de l’ouvrage de Camille Riverti, Humour et érotisme dans les Andes. Une ethnographe à marier paru cette année aux éditions les Indes Savantes, grâce au Prix de thèse de la Fondation Martine Aublet.

INALCO

19h-21h salle 4.14

A propos de l’ouvrage

Mettant en œuvre une anthropologie sociale langagière, ce livre dégage les contours des farces verbales adressées en langue quechua à l’ethnographe. Il repose sur treize mois d’enquête de terrain dans la communauté San Juan de Dios des Andes centrales péruviennes (Angaraes, Huancavelica). La présentation prendra la forme d’un dialogue entre Camille Riverti et César Itier, spécialiste de la langue quechua, de sa tradition orale et de son théâtre.

Intervenant·e·s

Camille Riverti, postdoctorante au programme ANR “Les carnets Nambikwara de Lévi-Strauss” et chargée de cours en anthropologie linguistique à l’INALCO. Elle a été attachée de recherche et d’enseignement de la mention anthropologie de l’Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales (2019-2021). En parallèle à sa formation en anthropologie à l’EHESS, Camille Riverti a appris à la langue quechua à l’INALCO auprès de César Itier, Lidya Cornejo Endara et Pablo Landeo Muñoz.

César Itier, maître de conférence, professeur des Universités et ​​enseignant de quechua à l’INALCO, et responsable du programme de recherche “Langues indigènes et traditions orales” à l’IFEA.

Café Amériques 22

Rencontre autour de l’ouvrage La violencia que no cesa

Vendredi 18 mars 19h-21h

INALCO | Salle 3.12

A propos de l’ouvrage

La violencia que cesa. Huellas y presistencias del conflicto armado en el Perú contemporaneo, Ricardo Bedoya Forno, Dorothée Delacroix, Valérie Robin Azevedo y Tania Romero Barrios (coord.) Punto Cardenal, 2021.

La violencia que no cesa cherche à briser les stéréotypes et comprendre les traces et persistances du conflit armé péruvien aujourd’hui. Vingt ans après la création de la Commission de la Vérité et de la Réconciliation, quels ont été les usages du méta-récit du rapport final de celle-ci dans les réparations aux victimes ? Comment le continuum de la violence se manifeste-t-il dans les conflits sociaux actuels, les migrations ou la violence fondée sur le genre ? Dans quelle mesure les productions culturelles interrogent-elles l’héritage de la violence politique ? Ces questions sont abordées dans une perspective multidisciplinaire qui articule les sciences sociales, les sciences humaines et les arts.

Intervenant·e·s

Dorothée Delacroix, coordinatrice de l’ouvrage, docteure en anthropologie sociale et historique, maîtresse de conférence au CREDA – IHEAL.

Valérie Robin Azevedo, coordinatrice de l’ouvrage, professeure d’anthropologie sociale à l’université de Paris et à l’INALCO, spécialiste du Pérou et des sociétés andines.

Tania Romero Barrios, coordinatrice de l’ouvrage, doctorante en études hispaniques et études de genre au LER – Université de Paris 8. Sa thèse porte sur les récits du post-conflit armé au Pérou.

César Itier, Professeur des universités (quechua) à l’INALCO. Il a collaboré à l’ouvrage sous forme d’un entretien.

Camille Riverti, docteure en anthropologie, organisatrice & médiatrice du programme ANR “Les carnets Nambikwara de Lévi-Strauss”.

Ciné Amériques : Gigantes, voyage en terres Mapuche

C’est la rentrée ! Amériques est de retour en partenariat avec l’association Terre et Liberté pour un Ciné-débat autour du film Gigantes, de Natalia Cano.

Synopsis

Le point de départ de ce documentaire est l’exploration de la Patagonie au XIXème siècle par le comte Henry de la Vaulx, qui, sur la trace de géants mythiques, ouvrira de nombreuses tombes mapuches et en ramènera le contenu en France à des fins scientifiques. Depuis, les populations autochtones concernées par ces pillages n’ont cessé de demander la restitution de ces dépouilles. Le film constitue une immersion dans la culture mapuche pour comprendre les revendications de ces dernières, et questionner les rapports entre l’Occident, force toujours présente sur leur territoire, et leur coutumes ancestrales. Cette thématique est d’autant plus actuelle qu’il y a quelques mois, le gouvernement français a accepté la demande de restitution de ce patrimoine culturel.

Invitées

Natalia Cano, réalisatrice (par Zoom)
Ana Guevara, anthropologue

Infos pratiques

Mardi 12 octobre 2021 | 19h
INALCO – Amphi 2 – 65 rue des Grands Moulins 75013
Gigantes, Natalia Cano | 2021 | Documentaire | VO sous-titrée en FR
Entrée libre

 

Cycle de cinéma Amériques

2ème édition – du 10 au 29 juin 2021

Le cycle de cinéma Amériques en langues originaires est de retour ! Venez nous rejoindre à l’INALCO et à Condorcet pour partager de nouvelles aventures cinématographiques.

Entrée libre sur inscription

Programme

Mardi 15 juin | 19h | INALCO
Untɨ, les origines

Christophe Yanuwana Pierre
Documentaire | 2018 | 56 minutes | Français, kalin’a, wayana

Ce film est décrit par son réalisateur comme un voyage initiatique depuis l’embouchure du Maroni jusqu’aux collines du Tumuc Humac, à la frontière brésilienne. Il y remonte le fleuve à la rencontre des Amérindiens de Guyane et à la recherche de son identité, afin d’aborder les questions essentielles de la situation sociale et économique actuelle. Pour lui, le fleuve Maroni est le fil rouge de ce récit et le vecteur de ses colères, tristesse,  interrogations et de son espoir.

Partenaire de la projection : CSIA Nitassinan (Comité de solidarité avec les Indiens des Amériques)
Invitée de la rencontre-débat :
Aurélie Journée-Duez, docteure en anthropologie de l’EHESS et présidente du CSIA-Nitassinan


Mercredi 16 juin | 19h | INALCO
Je m’appelle humain

Kim O’Bomsawin
Documentaire | 2020 | 78 minutes | Français et innu

« Sauvage » dit Joséphine Bacon, « ça veut dire être libre entièrement. »
Lorsque les anciens nous quittent, un lien avec le passé disparaît avec eux. La femme de lettres innue Joséphine Bacon incarne cette génération témoin d’une époque bientôt révolue. Avec charisme et sensibilité, elle mène un combat contre l’oubli et la disparition d’une langue, d’une culture et de ses traditions. Sur les traces de Papakassik, le maître du caribou, Je m’appelle humain propose une incursion dans l’Histoire d’un Peuple multimillénaires aux côtés d’une femme libre qui a consacré sa vie à transmettre son savoir et ce lui de ses ancêtres.
Bande d’annonce

Partenaire de la projection : De la Plume à l’Écran

Invitées de la rencontre-débat :
Sophie Gergaud, spécialiste du cinéma autochtone
Violaine Harchin, distributrice du film


Mercredi 23 juin | 18h | Amphi 150 – Centre de colloques du Campus Condorcet
Mujer de Soldado

Patricia Wiesse Risso
Documentaire | 2020 | 83 minutes | Espagnol et quechua (sous-titres français)

Trente ans après avoir quitté son village natal dans les Andes péruviennes, Magda y retourne pour retrouver ses amies de jeunesse. Le souvenir des viols perpétrés par les militaires pendant le conflit armé interne et le procès des agresseurs sous-tendent leur rencontre. Le film suit les conversations et le quotidien rural des quatre amies.

Projection dans le cadre du Colloque Résistances Visuelles.

Invités de la rencontre-débat :
Patricia Wiesse Risso (réalisatrice)
Pablo Landeo Muñoz (écrivain, anthropologue)


Mardi 29 juin | 19h | INALCO Amphi 7
Latas Vacías

Hérib Godoy
Fiction | 2014 | 73 minutes | Paraguay | Guarani, sous-titres en espagnol

Alfonso, chasseur des trésors enterrés pendant la guerre de la Triple Alliance, entreprend une dernière fouille avec son associé avant de commencer une nouvelle vie. Mais une trahison déclenchera des tragédies inattendues et surnaturelles.

Invités de la rencontre-débat :
Hérib Godoy (réalisateur)


Jeudi 1er juillet | 19h | INALCO Amphi 7
Lima ¡was!

Alejandro Rossi
Documentaire | 2004 | 60 minutes | Pérou | espagnol et quechua

Dans une société urbaine qui a l’habitude de marginaliser les jeunes Indiens des Andes, deux groupes de champions de danse répètent pour s’affronter lors du 13e concours de huaylas (danse traditionnelle des Andes) de Lima.


 

Télécharger le programme complet

Financements : Institut des Amériques, FSDIE Inalco

Ciné Amériques 2021 ~ Festival de cinéma péruvien

La 12ème édition du Festival de cinéma péruvien et Amériques s’associent pour vous proposer en salle le film Mataindios, des réalisateurs Robert Julca et Oscar Sanchez.

Mataindios | Pérou, 2019 | 1h16 | VOSTFR
Jeudi 10 juin 2021 | 20h
Tarifs : 8€ / 6.50€ / 4.00€ | Tarif spécial Amériques : 5€
Cinéma St-André des Arts

Projection suivie d’un débat avec l’anthropologue Ana Correa-Gendron.

Le film

Mataindios, Pérou, 2019 | 1h16 | VOSTFR

Les habitants indigènes d’un village péruvien célèbrent leur Saint Patron pour que s’apaisent ses souffrances et ses regrets. Mais dans la hâte de quitter le deuil, un majordome provoque un accident inattendu, le mauvais présage et le doute s’emparent alors du village concernant la volonté du Saint Patron.

Réalisation

Robert Julca

Artiste multidisciplinaire formé à l’école nationale supérieure d’art dramatique et à l’université Nacional Mayor de San Marcos, Robert Julca a investi divers champs artistiques, tour à tour comme acteur, réalisateur, performer ou artiste conceptuel. Mataindios est leur premier long-métrage et a été présenté et récompensé à de nombreux festivals.

Oscar Sánchez

Cinéaste autodidacte et pédaguoge, Oscar Sánchez est diplômé de l’école nationale supérieure d’art dramatique. Jury du 24ème festival de ciné de Lima (2020) et du concours national de projets de court-métrage de 2019, il est également sélectionné comme directeur du 14° Talents Buenos Aires (2019) organisé par l’université du Ciné et la Berlinale

Invitée Amériques

Ana Correa-Gendron est docteure en anthropologie, chercheuse au CREDA (Université Paris 3). Ses recherches portent sur les mutations qui affectent les pratiques rituelles et spirituelles dans les communautés andines du Nord de l’Équateur. Elle s’intéresse également aux nouvelles pratiques de médiation spirituelle issues de la tradition andine et utilisées en France. Elle est titulaire du diplôme Langue et Culture Quechua de l’INALCO. >> Publications

Infos pratiques

La projection aura lieu en présentiel dans le respect des règles sanitaires au cinéma St-André des Arts (30 Rue Saint-André des Arts, 75006 Paris) à 20h.

Tarifs : 8€ / Réduit : 6.50€ / Enfant : 4.00€
Un tarif spécial à 5€ est proposé aux adhérents et donateurs Amériques, sur inscription préalable.

N’hésitez pas adhérer ou faire un don pour profiter des offres spéciales lors des événements Amériques.

Programme de décembre-Mexique

Jeudi 12 décembre 2019
18h30

Auditorium l Inalco
association Amériques
&
EREA

ENTRÉE LIBRE

BAKTUN

Bruno Cárcamo Arvide | 2012 | Telenovela version film | 100 min | Langue maya yucatèque |sous-titres en français

Baktun est la première série de type telenovela sortie en langue maya. Sur le fond du calendaire, elle raconte les bouleversements internes d’un maya parti aux Etats-Unis et revenant vivre dans son village d’origine, en proie à des investisseurs étrangers. Jacinto, le héros, y renait comme renaissent les cycles du temps et des choses, conduisant sa communauté à réaffirmer son identité maya. Suivant ce parcours, Hilario Chi Canul, qui interprète le héros du film, s’est lui-même transformé en tant que maya au fil de ses vécus filmiques. Baktun est ainsi un objet hybride, mêlant des scènes jouées par des amateurs mayas et des séquences de reportage et interviews. On y va et vient entre la fiction romantique, le documentaire culturel traditionnel et le reportage sur la réalité très contemporaine et assez bouleversée des familles mayas. Sera projetée une version filmique (105mn) de la série qui compte, elle, 21 épisodes.

Intervenants:

Hilario Chi Canul, co-scénariste et acteur principal du film, linguiste et professeur de maya à l’Université du Quintana Roo, Mexique.
Valentina Vapnarsky, enseignante de maya à l’INALCO, directrice du centre EREA (Enseignement et Recherche en Ethnologie Amérindienne) du LESC (Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie comparative, CNRS – Université Paris Nanterre).
Patrick Deshayes, professeur émérite des universités, spécialiste en anthropologie visuelle,EREA/LESC.
Aline Verneau, représentante de l’équipe d’étudiantes de maya de l’Inalco ayant collaboré au sous-titrage en français.
Association Amériques: Laura Castro-Munoz et Eddy Coa (modérateurs)


Mercredi 18 décembre 2019
18h30

Auditorium l Inalco
association Amériques
&
Universidad Nacional Autónoma de México

ENTRÉE LIBRE

CAFÉ
[Chants de fumée]

De Hatuey Viveros Lavielle l Mexique l 2014 l 81 min l Documentaire l Langue nahua l sous-titres en français

À San Miguel de Tzinacapan, dans la Sierra Nord de Puebla, le café offre des moments propices aux échanges entre les membres d’une famille nahua, encore endeuillés par la disparition du père. Jorge, récemment diplômé en droit, sa soeur, de 16 ans, enceinte et leur mère, devront prendre des décisions quant à leur avenir et malgré les répercussions au sein de leur communauté. Ainsi, cet intime portrait familial interroge par sa construction les frontières entre la fiction et le documentaire.

• Intervenants:

Karla Avilés – Professeure de nahuatl à l’Inalco / EREA.
Cédric Lépine – critique de cinéma pour les revues et sites internet (Mediapart, LatAm Cinema etc) collaborateur des festivals « Viva Mexico » et « Cinélatino, Rencontres de Toulouse », spécialiste des cinémas latino-américains.
Camille Reinat – étudiante à l’école du Louvre et à l’Inalco.
Association Amériques: Marie Arias Manrique – (modératrice)

La projection et le débat seront suivis d’un cocktail.

Projection organisée en collaboration avec l’UNAM, l’Institut culturel du Mexique et Viva México.

INFORMATIONS

Inalco – 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris station Bibliothèque François Mitterrand (rer C, ligne 14, bus 89, 62)

source: ici