Café Amériques 25

Pratiques et productions culturelles wayuu de Colombie

Pour ce prochain Café Amériques, nous aurons deux interventions sur la littérature et l’artisanat des Wayuu, peuple autochtone de Colombie mais dont les productions culturelles s’inscrivent également dans une logique globale.

Jeudi 14 avril 2022 | 18-20h
Inalco, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris
Salle 3.15

Programme

La littérature contemporaine des Wayuu: vers une théorie de la contrebande
par Laura Lema Silva

L’objectif de cette communication est de penser le caractère émancipateur de la littérature contemporaine d’auteur.e.s Wayuu vis-à-vis des structures de pouvoir héritées de la colonisation. Pour ce faire nous chercherons à historiciser cette production littéraire afin de comprendre comment elle s’entrelace avec la participation des membres de la communauté dans des circuits de contrebande depuis le début de l’époque coloniale. Cela nous permettra de mettre en lumière la transformation des espaces littéraires nationaux et transnationaux que des auteurs comme Estercilia Simanca Pushaina et Miguelángel López Hernández provoquent à travers leur littérature en écriture alphabétique conventionnelle et en espagnol.

La mochila wayuu comme marchandise globalisée
par Claire Labbez

Cette présentation retrace la vie sociale de « la mochila Wayuu » comme marchandise globalisée : depuis le milieu autochtone Wayuu colombien où ce sac est produit artisanalement, jusque dans les lieux de vente parisiens où il est acheté par une clientèle urbaine, en passant par Bogotá où il est proposé comme symbole de la Colombie. Cette communication s’attachera à mettre en avant la façon dont les sphères de valorisation marchande s’appuient autant qu’elles nourrissent des discours identitaires qui font de « l’ethnicité » un argument de vente.

Intervenantes

  • Laura Lema Silma est docteure en études ibéro-américaines de l’Université Lumière Lyon 2 où elle a soutenu une thèse intitulée « Paroles politiques et paroles poétiques : des mouvements sociaux autochtones en Colombie à la littérature contemporaine des Wayuu ». Elle est membre du Centre de pensée « Pluralizar la paz » de l’Université Nationale de Colombie où elle travaille sur les sens pluriels de la paix en dialogue avec des interlocuteurs de 5 communautés autochtones présentes en Colombie.
  • Claire Labbez, a travaillé dans la communication avant de reprendre un Master d’ethnologie à l’Université Paris 5 (expertise ethnologique en projet culturels et touristiques). Ses premières recherches sur la relation entre le tourisme et l’artisanat, dirigées par Jean-Didier Urbain l’ont menée jusqu’en Colombie. En octobre 2021, elle a soutenu sa thèse : Construction et dynamiques d’une marchandise « ethnique » globalisée: Le cas de la « mochila Wayuu », sous la direction de Valérie Robin-Azevedo (URMIS). Elle anime aujourd’hui le pôle prospective et recherche et développement, d’un cabinet de conseil en tourisme.

Café Amériques 24

L’or de la conquête, des Antilles au Mexique

« L’or rend fou ! » écrivait Blaise Cendrars. François Gendron, archéologue américaniste du Muséum national d’Histoire naturelle et membre de l’assocation ACERAP, nous présentera l’histoire avide et brutale de la recherche et de l’appropriation de l’or des Amériques. Une histoire qui précède et suit la « rencontre » de ces terres nouvelles. En 1492, dès avant son départ, les souverains espagnols et Christophe Colomb scellent le sort des terres à découvrir et des populations qui y vivent par la signature des Capitulaciones de Santa Fe. La rencontre de l’amiral de la mer océane avec les indiens Taïnos tournera autour de la recherche du Cibao, une montagne d’or mythique que les conquistadores chercheront toujours plus loin. Cette quête sera le moteur de la découverte de plus d’îles puis d’un continent, l’Amérique. Mais, ces explorations seront menées au prix du sang et de la culture des populations indiennes investies. Mexico-Tenochtitlan au Mexique, Cuzco au Pérou et bien d’autres cités indiennes seront détruites dans cette folle recherche de l’or. Sur les routes du retour vers l’Europe, les corsaires français et anglais veillent, prêts à s’approprier les riches cargaisons. Pour protéger leurs précieux butins, les Espagnols créeront en 1503 le système des plata flotas. Celui-ci fonctionnera jusqu’en 1778 et acheminera en Europe des tonnes de métaux précieux et de richesses depuis les Amériques.

Café Amériques 23

Rencontre autour de l’ouvrage Humour et érotisme dans les Andes.

Présentation de l’ouvrage de Camille Riverti, Humour et érotisme dans les Andes. Une ethnographe à marier paru cette année aux éditions les Indes Savantes, grâce au Prix de thèse de la Fondation Martine Aublet.

INALCO

19h-21h salle 4.14

A propos de l’ouvrage

Mettant en œuvre une anthropologie sociale langagière, ce livre dégage les contours des farces verbales adressées en langue quechua à l’ethnographe. Il repose sur treize mois d’enquête de terrain dans la communauté San Juan de Dios des Andes centrales péruviennes (Angaraes, Huancavelica). La présentation prendra la forme d’un dialogue entre Camille Riverti et César Itier, spécialiste de la langue quechua, de sa tradition orale et de son théâtre.

Intervenant·e·s

Camille Riverti, postdoctorante au programme ANR “Les carnets Nambikwara de Lévi-Strauss” et chargée de cours en anthropologie linguistique à l’INALCO. Elle a été attachée de recherche et d’enseignement de la mention anthropologie de l’Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales (2019-2021). En parallèle à sa formation en anthropologie à l’EHESS, Camille Riverti a appris à la langue quechua à l’INALCO auprès de César Itier, Lidya Cornejo Endara et Pablo Landeo Muñoz.

César Itier, maître de conférence, professeur des Universités et ​​enseignant de quechua à l’INALCO, et responsable du programme de recherche “Langues indigènes et traditions orales” à l’IFEA.

Café Amériques 22

Rencontre autour de l’ouvrage La violencia que no cesa

Vendredi 18 mars 19h-21h

INALCO | Salle 3.12

A propos de l’ouvrage

La violencia que cesa. Huellas y presistencias del conflicto armado en el Perú contemporaneo, Ricardo Bedoya Forno, Dorothée Delacroix, Valérie Robin Azevedo y Tania Romero Barrios (coord.) Punto Cardenal, 2021.

La violencia que no cesa cherche à briser les stéréotypes et comprendre les traces et persistances du conflit armé péruvien aujourd’hui. Vingt ans après la création de la Commission de la Vérité et de la Réconciliation, quels ont été les usages du méta-récit du rapport final de celle-ci dans les réparations aux victimes ? Comment le continuum de la violence se manifeste-t-il dans les conflits sociaux actuels, les migrations ou la violence fondée sur le genre ? Dans quelle mesure les productions culturelles interrogent-elles l’héritage de la violence politique ? Ces questions sont abordées dans une perspective multidisciplinaire qui articule les sciences sociales, les sciences humaines et les arts.

Intervenant·e·s

Dorothée Delacroix, coordinatrice de l’ouvrage, docteure en anthropologie sociale et historique, maîtresse de conférence au CREDA – IHEAL.

Valérie Robin Azevedo, coordinatrice de l’ouvrage, professeure d’anthropologie sociale à l’université de Paris et à l’INALCO, spécialiste du Pérou et des sociétés andines.

Tania Romero Barrios, coordinatrice de l’ouvrage, doctorante en études hispaniques et études de genre au LER – Université de Paris 8. Sa thèse porte sur les récits du post-conflit armé au Pérou.

César Itier, Professeur des universités (quechua) à l’INALCO. Il a collaboré à l’ouvrage sous forme d’un entretien.

Camille Riverti, docteure en anthropologie, organisatrice & médiatrice du programme ANR “Les carnets Nambikwara de Lévi-Strauss”.

Café Amériques 19

Café-Amériques 19: L’archéologie des Amériques vue du ciel :

La révolution du LiDAR en contexte tropical

Lundi 10 mai 2021 | 18h-20h (Paris)

Événement en ligne | Lien Zoom :

https://u-paris.zoom.us/j/87962604251?pwd=bkxvam5UVCtZUnVIbjhQcVVtRjhQZz09

Le LiDAR est une technologie de détection par ondes lumineuses dont se sont saisis les archéologues depuis quelques décennies afin d’identifier des structures monumentales au sol. Cet outil est particulièrement efficace en contexte tropical, où les ondes lumineuses peuvent percer le dense couvert végétal. Rendant visibles des éléments qui ne l’étaient pas, le LiDAR a ainsi permis de renouveler considérablement notre compréhension de nombreux sites archéologiques.

Au cours de cette conférence, nous proposerons un aperçu de ces progrès permis par le LiDAR à travers deux contextes archéologiques des Amériques, dans lesquels cet outil s’est avéré crucial : les cités mayas en Mésoamérique et les occupations anciennes de Guyane.

Intervenants et communications :

Philippe Nondédéo (Inalco, ArchAm, UMR 8096 du CNRS) :

La révolution LiDAR en zone maya : Habitat, organisation politique et exploitation du milieu à Naachtun, Guatemala

Ces cinq dernières années, la zone maya a connu un essor spectaculaire de la technologie LiDAR suite à la « démocratisation » de cet outil, très utile pour repérer et étudier des vestiges et des aménagements peu visibles en contexte de forêt tropicale. La cité maya classique de Naachtun, occupée principalement au premier millénaire (150-950 apr. J.-C.), n’échappe pas à cette tendance de fond. A travers cet exemple nous verrons comment cette technologie modifie profondément certains paradigmes liés à l’habitat, l’opposition urbain-rural, les relations intercités, l’organisation politique des territoires ou la gestion du milieu (moyens de subsistance).

Nicolas Payraud (SRA Grand Est, ArchAm, CIHAM) :

L’utilisation du LiDAR pour la détection et l’analyse des sites archéologiques en contexte guyanais

La Guyane fait partie des territoires précurseurs en matière d’utilisation du LiDAR pour l’archéologie. Les premières acquisitions LiDAR commandées par le SRA Guyane remontent en effet à 2001 ; il s‘agit tout simplement du premier relevé de ce type commandé par les services régionaux de l’archéologie dans l’ensemble du territoire français. Vingt ans d’expérience, donc, dans l’utilisation de cet outil qui change, progressivement, la vision que l’on pouvait se faire de l’occupation ancienne – ou parfois très récente – du territoire guyanais. Il est donc intéressant de revenir sur les spécificités de l’usage du LiDAR en contexte guyanais, sur ses apports et ses limites, à travers une série d’exemples concernant des sites de toutes périodes et dans des milieux variés.

Événement Facebook : ici

Pour plus d’informations :

Site INALCO : http://www.inalco.fr/vie-campus/vie-associative/associations

Page Facebook : https://www.facebook.com/ameriques.inalco/

E-mail de contact : ameriques.inalco@gmail.com

Café Amériques 18

Café-Amériques 18

Esclavage et sociétés dans les Amériques

Jeudi 11 mars 2021 | 18-20h (Paris) | 14-16h (Cayenne)

Événement en ligne | Lien Zoom :

https://u-paris.zoom.us/j/86065122594?pwd=RG12T1VkQ0dyTzBJdFpPMTJUM0NDZz09

Le poids historique du système d’esclavage établi dans les Amériques à l’époque coloniale est bien connu. Il est à la base d’un enrichissement économique considérable pour les sociétés esclavagistes et à l’origine de profonds bouleversements culturels pour les populations africaines amenées pour travailler dans les plantations, comme pour les peuples amérindiens locaux. Aujourd’hui, les progrès de l’archéologie nous permettent d’accéder à des informations sur la vie quotidienne des esclaves et ainsi d’obtenir un portrait plus complet de l’organisation des sociétés coloniales, non plus seulement du point de vue des populations dominantes.

Pourtant, dès avant la colonisation, il existait chez certains peuples amérindiens des formes d’asservissement de certaines catégories de la population. Ces autres formes d’esclavage jouaient elles aussi un rôle socio-économique important au sein de sociétés à l’organisation complexe.

Nous nous proposons donc d’interroger la notion d’esclavage et de considérer, à travers diverses méthodes d’investigation (archéologie, histoire, ethnohistoire), le poids socio-économique et culturel de ces formes d’asservissement dans les sociétés d’Amérique aux époques préhispaniques et coloniales.

Intervenants et communications :

Nathalie Cazelles (Université de Guyane, MINEA) :

La Charlotte, sucrerie d’un libre de couleur en Guyane au XIXe s.

La Charlotte est une sucrerie du début du XIXe s. dirigée par un couple libre de couleur. Pierre Frontin est un libre de couleur guadeloupéen qui a eu une brillante carrière militaire avant de fonder son habitation esclavagiste en Guyane. Il a épousé une libre de couleur guyanaise, Charlotte Ernestine. Nathalie Cazelles nous présentera ce site qui est l’objet de ses recherches actuelles, dans une approche à la fois archéologique et historique.

Patrice Courtaud (Université de Bordeaux, PACEA, UMR 5199 du CNRS) :

Les esclaves et leurs cimetières : L’exemple de la Guadeloupe

Pour les territoires français, le Code Noir dictait que les esclaves devaient être baptisés selon la religion catholique et enterrés en terre sainte, ou bien alors jetés dans un terrain vague pour ceux qui n’avaient pas bénéficié du baptême. L’archéologie s’est penchée sur l’étude de leurs lieux de sépultures et a ainsi complété ou parfois interrogé les quelques études historiques sur ce sujet. Patrice Courtaud présentera l’exemple de La Guadeloupe, territoire antillais actuellement le mieux documenté.

Philippe Nondédéo (Inalco, ArchAm, UMR 8096 du CNRS) :

Entre captifs et esclaves : La question de l’asservissement chez les Mayas à la Période Classique (150-950 ap. J.-C.)

La notion d’asservissement est une épineuse question lorsque l’on aborde la civilisation maya de la Période Classique. En l’absence de textes explicites ou de données archéologiques probantes, les chercheurs se heurtent à une absence de données tangibles pour caractériser un phénomène qui semble bel et bien avoir existé dans la société maya. Au travers d’une révision de la littérature, de quelques inscriptions épigraphiques et d’éléments iconographiques, Philippe Nondédéo nous propose un état des lieux sur cette question et envisagera dans quelle mesure les conditions d’asservissement attestées se rapprochent d’une forme d’esclavage.

Événement Facebook : ici

Pour plus d’informations :

Site INALCO : http://www.inalco.fr/vie-campus/vie-associative/associations

Page Facebook : https://www.facebook.com/ameriques.inalco/

E-mail de contact : ameriques.inalco@gmail.com

Café-Amériques 16

Café-Amériques 16 / Projection du film COLISEO, Los campeones/ 07-02-2020 / Inalco
Café-Amériques 16

Projection du film COLISEO, Los campeones
Réalisé par Alejandro Rossi


Vendredi 7 février  l  19h00 et 21h00  l  Inalco  l  amphi 5 | Entrée libre
(en quechua sous-titré espagnol)

Continuer la lecture de « Café-Amériques 16 »

Café-Amériques 15

Café-Amériques 15 / Présentation de Atoqkunamanta Kwentukuna, contes de renards /
31-01-2020 / Inalco

Café-Amériques 15
Présentation de
Atoqkunamanta Kwentukuna, contes de renards

Vendredi 31 janvier 2020 l 19h – 21h l Inalco |  Salle 3.03 |  Entrée libre
(en espagnol)

Continuer la lecture de « Café-Amériques 15 »

Café-Amériques 14

Café-Amériques 14 / Conflit armé au Pérou: genre et politiques de la mémoire / 4-06-2019 / Inalco

Café-Amériques 14
Conflit armé au Pérou : genre et politiques de la mémoire 

Présentation des livres par les auteures

Mardi 04 juin l 19h – 21h l Inalco |  Salle 3.13 |  Entrée libre


Continuer la lecture de « Café-Amériques 14 »