Café Amériques 25

Pratiques et productions culturelles wayuu de Colombie

Pour ce prochain Café Amériques, nous aurons deux interventions sur la littérature et l’artisanat des Wayuu, peuple autochtone de Colombie mais dont les productions culturelles s’inscrivent également dans une logique globale.

Jeudi 14 avril 2022 | 18-20h
Inalco, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris
Salle 3.15

Programme

La littérature contemporaine des Wayuu: vers une théorie de la contrebande
par Laura Lema Silva

L’objectif de cette communication est de penser le caractère émancipateur de la littérature contemporaine d’auteur.e.s Wayuu vis-à-vis des structures de pouvoir héritées de la colonisation. Pour ce faire nous chercherons à historiciser cette production littéraire afin de comprendre comment elle s’entrelace avec la participation des membres de la communauté dans des circuits de contrebande depuis le début de l’époque coloniale. Cela nous permettra de mettre en lumière la transformation des espaces littéraires nationaux et transnationaux que des auteurs comme Estercilia Simanca Pushaina et Miguelángel López Hernández provoquent à travers leur littérature en écriture alphabétique conventionnelle et en espagnol.

La mochila wayuu comme marchandise globalisée
par Claire Labbez

Cette présentation retrace la vie sociale de « la mochila Wayuu » comme marchandise globalisée : depuis le milieu autochtone Wayuu colombien où ce sac est produit artisanalement, jusque dans les lieux de vente parisiens où il est acheté par une clientèle urbaine, en passant par Bogotá où il est proposé comme symbole de la Colombie. Cette communication s’attachera à mettre en avant la façon dont les sphères de valorisation marchande s’appuient autant qu’elles nourrissent des discours identitaires qui font de « l’ethnicité » un argument de vente.

Intervenantes

  • Laura Lema Silma est docteure en études ibéro-américaines de l’Université Lumière Lyon 2 où elle a soutenu une thèse intitulée « Paroles politiques et paroles poétiques : des mouvements sociaux autochtones en Colombie à la littérature contemporaine des Wayuu ». Elle est membre du Centre de pensée « Pluralizar la paz » de l’Université Nationale de Colombie où elle travaille sur les sens pluriels de la paix en dialogue avec des interlocuteurs de 5 communautés autochtones présentes en Colombie.
  • Claire Labbez, a travaillé dans la communication avant de reprendre un Master d’ethnologie à l’Université Paris 5 (expertise ethnologique en projet culturels et touristiques). Ses premières recherches sur la relation entre le tourisme et l’artisanat, dirigées par Jean-Didier Urbain l’ont menée jusqu’en Colombie. En octobre 2021, elle a soutenu sa thèse : Construction et dynamiques d’une marchandise « ethnique » globalisée: Le cas de la « mochila Wayuu », sous la direction de Valérie Robin-Azevedo (URMIS). Elle anime aujourd’hui le pôle prospective et recherche et développement, d’un cabinet de conseil en tourisme.